Tu revenais d’un voyage ordinaire

384

Tu revenais d’un voyage ordinaire
De l’Alaska de ton office, du Cambodge de ta rotonde
Arrivée à l’entrée à la grille de ta maison
Tu ne retrouvais plus les clefs tu les avais perdu
Où sont-elles perdues dans les cales d’un navire
Sur une butte blanche de l’Arctique
Tu regardes deux oiseaux bleus se pencher vers toi
Il n’y a plus de clefs pas plus que de serrures
C’est plié pour la forêt pour l’amour
Tu ne sais pas où aller et tu marches
Comme la première fois




12.07.11


Commentaire

Aucun commentaire pour le moment.


Écrivez un commentaire

Nom *
eMail *
Site



--> Ouvrir un texte au hasard

<-- Retourner à la page d'accueil