Commentaires récents

Sélectionner une page

Pour ne pas délier le fil continu de tes jours
je me faisais bien silencieux. je cultivais mes fleurs dans l’eau lente des choses. je dressais des fétiches sur ton seuil. ton seuil qui me sert de table de nuit. une magie me disais-je. fera le travail à ma place. et je dormais à ta porte. comme un chien qui n’ose réclamer.
regarde. le monde tourne toujours. dans la grande maison noire. ces mots je les ai tournés. retournés des jours entiers. entre mes doigts. pour aller les fondre. les dissoudre dans le temps. je comptais les heures. puis je ne les comptais plus. devenues inutiles. je serai là un autre matin. dans les cendres éparses. qui me servent de litière. de support à des rêves sans pluie. de balcon pour les pensées de voyages. je parlais moins. je ne parlerai plus. mes cordes vocales ont refluées. avec ma mémoire.