L’homme qui marche

167

L’homme qui marche, lorsqu’il se prend un pigeon dans la gueule, fait comme si de rien n’était, si ce n’est ce léger frisson qui parcourt sa nuque, sensibilisée par un million d’étreintes.




08.10.06


Commentaire

Aucun commentaire pour le moment.


Écrivez un commentaire

Nom *
eMail *
Site



--> Ouvrir un texte au hasard

<-- Retourner à la page d'accueil