L’amante intérieure

521

amante-interieure

 

Je vais vous hanter
Chaque jour comme le sable infiltré
Jusque dans votre lit
Comme les foules je vais
Chasser les ombres les solitudes
Les pages de mon livre les poèmes
Vous ne serez plus en mesure de les dénombrer
Passer chaque porte
Couper chaque corde qui vous maintient
À ce revêtement sans joies
Sans traversées sans enchantements
Que je nomme l’ordinaire
Et tout ce qui est marcher
Courir haletant
Tout ce qui est ouvrir renverser traverser
Laissera échapper un poème
Mon orgueil mon sang ma mémoire
Jusqu’à votre table
Jusqu’aux roches amoncelées ensevelies
Où le corps manquant sera chargé
De poèmes de continents
D’enfantements
Jusqu’à mon dépouillement
Je vais vous hanter
Jusqu’à l’ensoleillement

 

Photographie : Pierre Boucher – Nu dans la mer. 1932.




05.01.13


Commentaires



Écrivez un commentaire

Nom *
eMail *
Site



--> Ouvrir un texte au hasard

<-- Retourner à la page d'accueil