Commentaires récents

Sélectionner une page

à d i v

Tu n’as qu’une frayeur absolue c’est de perdre
sur le bas-côté de la route
avec le temps, avec le vent
ce toi qui est le poème
qui est la puissance féconde et la jouissance créatrice
l’amour plein et transi
et le pouvoir du mot sorcier dans un univers contrôlable
Mais au lieu de faire de l’espace
pour laisser entrer l’oxygène nécessaire à la combustion
tu te brûles le bout des phalanges avec tes allumettes de merde
dans un espace restreint fétide, clostro et idiot
tu ne perdras jamais ce moi poème fout le toi bien dans le crâne
même si tu l’étouffes de toutes forces à coups de disparitions
même si tu t’y prends comme un manche ou que tu joues l’aveugle aigri
tu ne le perdras pas tant que tu seras sur cette foutue planète
fout toi bien ça dans le crâne
et danse avec tes casseroles