Commentaires récents

Sélectionner une page

Je vois bien que tu travailles et que
tu mènes ta vie comme ils le font tous
comme il faut avec les oiseaux les vaisselles à faire
le soir en rentrant du boulot, j’ai froid parfois et la peur
de te revoir sous un réverbère scintillant me réveille le matin
je vois bien la marée montante et les reflux de tristesse
passer dans tes yeux un paradis perdu peut-être
était-il trop lourd dans tes mains attentives mais fragiles
les carrières les réussites, les chiffres et les bruits
tout cela nous tient éloignés, je me souviens
de toi telle que tu es telle que jamais
personne ne te connaîtra, moi seul
te vois nue dans le drapeau rouge de tes bras
dans le lit de ce corps tout cela
pour colmater l’infini pour ranger la couronne
dans un coin sombre de ton armoire, tu le sais bien
je ne suis pas simple passant dans ta ruelle