Mythologies

408

Vois-tu, la mort est partout sur le chemin
dans les colliers d’argent sous les semelles à chaque pas
derrière les fenêtres habitées où semble trembler tant de vie
dans les jardins clos à minuit dans le battant des grilles
dans les couloirs de tes abris le cuivre de tes ressacs
elle est là dans l’air et dans le sang dans ton corps
ce lit noir dans les ombres de ton château
sur l’émail de tes remparts
elle est là dans le temps, en gestation entraperçue
Vois-tu la mort est partout dans le cosmos si bien
agencé si bien constellé
si bien habillé elle est partout et pourtant pourtant
je connais un endroit où elle n’est pas
où elle n’est plus
ça n’est pas dans les jouets de tes royaumes ni même
à l’autre bout du monde mais plutôt
ici-même
dans ta voix répandue
qui me raconte la vie avant
de toucher terre

 




14.03.12


Commentaire

Aucun commentaire pour le moment.


Écrivez un commentaire

Nom *
eMail *
Site



--> Ouvrir un texte au hasard

<-- Retourner à la page d'accueil