Commentaires récents

Sélectionner une page

Lettre d’amour sur soleil imprimé

 

Il avait plu, cette nuit là dans le désert enfoui. Il avait plu mille fois avant que le soleil ne vienne danser dans l’onde. Dans mille coeurs on a deviné l’ensoleillement, allongé sur le sein de l’obscurité. J’en ai fait moi aussi des milliers de tours de manège, pour l’atteindre parfois, ce vertige mouillé qui n’était plus l’incandescence, en attente de quoi ? De ce qui n’était pas venu.
L’attente est un renoncement qui ne dit pas son nom quand, le matin sec et granuleux pose un premier rayon sur la grande roue colorée de tes paroles. Et ta voix, dont je n’ai plus la trace visible, où est-elle ? Toujours, une ombre passe sous les draps, toujours je revois la grande dame et son ombrelle danser sur les murs de ma demeure. La cime d’un tilleul lance une ligne vers le ciel, interstice où passe l’affection. J’ai pour moi le souvenir de ta robe fanée, ce tournesol qui a tourné le dos au soleil. Mais où es donc le centre de l’univers ? Il n’est pas si loin, je le savais bien.

Cent extincteurs à incendies ne suffiront pas à éteindre cette flamme éternelle.