Le fantôme

710

Plus le temps passe
et plus
je suis dénué
impropre
et harassé
Je remue
les tasses sur les étagères
les verres qui tintent
contre les faïences
– nulle réponse ?-
Polyphonie nocturne et tranquille
quand
la nuit, chacun
s’est endormi
je prends la place
qui a toujours été mienne
près de la bibliothèque
devant la fenêtre
la main sur une page
l’œil tourné vers le jardin
surmonté des étoiles




08.08.15


Commentaire

Aucun commentaire pour le moment.


Écrivez un commentaire

Nom *
eMail *
Site



--> Ouvrir un texte au hasard

<-- Retourner à la page d'accueil